Logo du site Bricolons
Conseils bricolage, jardin
et décoration pour votre maison

L’inertie thermique et l’isolation extérieure

L’inertie thermique est un principe intéressant dans le cadre de l’isolation extérieure de la maison. Encore méconnue, l’inertie thermique participe à l’amélioration du confort thermique des habitants de la maison ainsi qu’à la réduction du besoin énergétique. L’inertie thermique et l’isolation par l’extérieur peuvent-elles se combiner ? Comment ces deux éléments améliorent-ils la performance énergétique de la maison ? Découvrez cet article pour mieux comprendre l’inertie thermique et l’isolation.

Rappel sur les travaux d’isolation par l’extérieur

Isoler les murs de la maison par l’extérieur consiste à envelopper la façade par des matériaux isolants. Cette technique est plus efficace que l’ITI, ce qui explique en effet que son prix est plus onéreux que le prix de l’isolation par l’intérieur.

Pour isoler les murs du logement par l’extérieur, on peut choisir entre l’ITE sous enduit et l’ITE sous bardage. L’isolation thermique sous enduit se fait en deux temps : la pose d’une couche d’isolant sur les murs de la maison et la pose de l’enduit de finition sur cette couche. La couche d’isolant thermique peut être une pose collée, calée-chevillée ou par une fixation mécanique.

L’isolation thermique sous bardage se fait à l’aide d’une ossature en métal ou en bois. Les panneaux isolants seront placés sur l’ossature en bois ou en métal. Ils seront ensuite couverts d’un bardage séparé par une lame d’air. L’ossature peut être fixée contre le mur du bâtiment soit par des chevrons, soit par des pattes équerres.

Pour mettre en œuvre les travaux d’isolation de la maison par l’extérieur, on peut choisir entre l’utilisation d’un isolant minéral (laine de verre, laine de roche), d’un isolant naturel (laine de chanvre, fibre de bois, etc.) et d’un isolant synthétique (polyuréthane, polystyrène). La laine de verre reste la plus utilisée. Pourtant, il faut choisir les matériaux isolants selon la zone de la maison à isoler.

Quid de l’inertie thermique ?

isolation thérmique en mur

L’inertie thermique des matériaux désigne sa capacité à absorber et à rediffuser ensuite l’énergie calorifique (le froid et la chaleur) par le déphasage. L’inertie thermique va dépendre de sa masse thermique : plus les matériaux sont lourds, plus sa capacité à accumuler l’énergie calorifique c’est-à-dire le froid ou la chaleur est élevée.

Pour connaître l’inertie thermique des matériaux, il faut prendre en compte :

  • L’effusivité thermique : la capacité du matériau à stopper le flux de l’énergie calorifique ;
  • La diffusivité thermique : la vitesse du matériau à transmettre le flux de l’énergie calorifique.

L’effusivité et la diffusivité thermique déterminent le déphasage thermique. Le déphasage des matériaux désigne le temps entre leur absorption et leur restitution de l’énergie calorifique. Le déphasage va emmagasiner la chaleur ou le froid du jour pour le restituer la nuit, selon la saison.

Pour garantir un bon confort thermique à l’intérieur de la maison, les matériaux doivent posséder un déphasage thermique d’environ 12 heures. Les murs construits par de matériaux à faible diffusivité et à effusivité élevée proposent le plus excellent déphasage thermique.

Les matériaux à la meilleure inertie thermique les plus courants sont le béton plein (inertie par absorption), le polyuréthane (inertie par conductivité) et la fibre de bois (inertie par transmission).

Complémentarité entre l’inertie thermique et l’isolation par l’extérieur

L’inertie thermique et l’isolation par l’extérieur sont deux concepts incompatibles et tout à fait opposés. D’un côté, l’inertie thermique va stocker le froid ou la chaleur pour le fournir ensuite à l’intérieur du bâtiment. De l’autre côté, les matériaux isolants vont supprimer les ponts thermiques afin de stabiliser la température interne. De ce fait, un isolant ne pourra pas redistribuer l’énergie calorifique qu’il a accumulée.

Bien que l’inertie thermique et l’isolation de la maison par l’extérieur soient opposées, elles sont complémentaires. La combinaison entre les travaux d’ITE et l’inertie thermique est une alternative efficace en termes de rénovation énergétique.

Le principal avantage de la combinaison de l’isolation et de l’inertie thermique est le confort. En été, les murs vont emmagasiner le froid de la nuit. Le jour, ceux-ci vont à la fois fournir cette fraicheur à l’intérieur de la maison et limiter l’entrée de la forte chaleur. En hiver, les murs vont stocker la chaleur du chauffage pour la diffuser ensuite dans le bâtiment quand la température de celui-ci baisse.

Hormis le confort thermique, les travaux d’ITE et d’inertie thermique permettent une diminution de la consommation d’énergie. Cela se traduit ainsi par une baisse de la facture d’énergie. D’ailleurs, les travaux d’isolation thermique et d’inertie thermique conviennent aussi bien pour une nouvelle construction que pour une rénovation d’un ancien bâtiment.

Si l’inertie thermique et l’isolation par l’extérieur sont une combinaison parfaite pour un confort thermique optimal dans son logement, il est quand même déconseillé de combiner l’inertie thermique par des travaux d’isolation par l’intérieur. En effet, les isolants placés à l’intérieur vont agir comme une barrière, ne permettant pas ainsi une restitution optimale de l’énergie calorifique.